LE VIGNOBLE D’ALSACE

Vignoble Alsacien, vins d'Alsace

Le vignoble Alsacien s’étend sur 120 kilomètres de long du Nord au Sud pour une largeur de 2 à 15 kilomètres. Installé sur 119 communes, le vignoble couvre plus de 15 500 hectares (1). L’extrême diversité des sols, sous-sols et microclimats a conduit les producteurs Alsaciens à conserver une large palette de cépages. La tradition viticole alsacienne s’appuie en effet sur 7 cépages principaux qui donnent aux vins d’Alsace leurs noms et leur grande diversité aromatique (1). On distingue 3 AOC en Alsace : l’AOC Alsace, l’AOC Crémants d’Alsace et l’AOC Alsace Grands Crus (1). Le vignoble Alsacien est traversé par la célèbre route des vins d’Alsace qui offre 47 sentiers viticoles pour sillonner vignobles et villages typiques.

Carte des vins d'Alsace

Carte du vignoble Alsacien

Accédez en un clic à la rubrique de votre choix : histoireterroirvins et cépages.


HISTOIRE

Histoire des vins d'Alsace

La vigne, sous des formes assez éloignées des variétés actuelles, a existé bien avant l’apparition de l’Homme sur le territoire géographique qui devait former par la suite la vallée du Rhin (1). Mais le passage du stade de la cueillette à celui de la culture s’est effectué après la conquête romaine (1). L’existence, dès le 2ème siècle, de transports de vin sur la Moselle et le Rhin prouve également que cette production est entrée très rapidement dans l’ère de la commercialisation (1).

L’invasion des Germains au 5ème siècle entraine un déclin passager de la viticulture mais qui reprendra vite une forte croissance sous les règnes des Mérovingiens et des Carolingiens et grâce aux évêchés, abbayes et couvents qui cultivent la vigne (1).

Au début du 13ème siècle, on compte une centaine de villages viticoles. Au 14ème siècle, on en compte 170. Cette expansion se poursuit alors sans interruption jusqu’au 16ème siècle, période où les maisons de style Renaissance témoignent de la prospérité de ce temps où les vins d’Alsace s’exportaient dans toute l’Europe, grâce notamment aux transports fluviaux (1). Durant cette époque, des taxes sur le vin sont imposées et les premières réglementations sur les cépages apparaissent (1). Mais la guerre de Trente Ans (1618-1648) a des répercussions catastrophiques sur la viticulture et sur les activités économiques de la région (1). Le commercial fluvial et les relations avec les pays nordiques sont interrompus. Dès la fin de la guerre, les cités viticoles se reconstruisent et les villes de Strasbourg et de Colmar exportent en Allemagne, en Lorraine, en Suisse, en Bavière, … (1) S’ensuit une production de masse maintenue durant l’occupation Allemande où les vins d’Alsace perdent ainsi toute leur identité et toute leur qualité. Les accidents climatiques et les maladies de la vigne viennent s’ajouter à ce déclin et le vignoble régresse (1).

C’est au cœur de ces épreuves que les viticulteurs Alsaciens se rassemblent et décident d’organiser la profession, au sein de l’Association des Viticulteurs d’Alsace (AVA). Ils mettent ainsi toute leur ténacité à améliorer la qualité des vins et à renouer avec la grande tradition des Vins d’Alsace (1). Mais il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour voir le vignoble se lancer dans un véritable plan de communication (1).

Le 2 novembre 1945, le Général de Gaulle signe une ordonnance qui définit les appellations d’origine des Vins d’Alsace et fixe les premières règles. L’aire de production est délimitée, en privilégiant les coteaux au détriment des plaines. Les anciens cépages productifs sont abandonnés au profit des cépages les plus fins (1). L’évolution du vignoble alsacien vers une production de vins de qualité se concrétise par la reconnaissance de l’AOC Alsace en 1962 (1). Suivent les décrets de l’AOC Alsace Grand Cru en 1975 et de l’AOC Crémant d’Alsace en 1976 (1).


TERROIR

L’Alsace bénéficie d’une situation exceptionnelle. Les Vosges, qui la longent du nord au sud, la protègent des vents et de la pluie : les vignes, nichées dans les vallées et recoins les plus chauds des contreforts vosgiens, bénéficient en fait de l’un des climats continentaux les plus secs de France (2). Les printemps sont chauds, les étés secs et ensoleillés, les automnes longs et doux et les hivers froids (2).

La zone de production s’étend sur une grande variété de sols. On compte une vingtaine de formations géologiques importantes, apparues au cours des différentes ères (2). La structure des sols est ainsi très complexe et comprend différents types de roches recouvrant le granite ancien des Vosges (2). On trouve souvent du gneiss, du granit, du schiste sur les pentes les plus relevées. En contrebas, sur les pentes les plus douces, on trouve des sols d’argile, de calcaire, de marnes et de sables.


VINS ET CEPAGES

Vins et cépages Alsaciens

La tradition viticole alsacienne s’appuie sur 7 cépages principaux qui donnent aux Vins d’Alsace leurs noms et leur grande diversité aromatique. Chaque cépage s’épanouit différemment selon la terre qui l’abrite, le but étant de trouver la meilleure affinité entre cépage et terroir (sol, microclimat, exposition…) (1). Les principaux cépages Alsaciens sont : Le Sylvaner, le Pinot Blanc, le Riesling, le Muscat d’Alsace, le Pinot Gris, le Pinot Noir et le Gewurztraminer.

Le Sylvaner offre des arômes d’agrumes, de pomme de de fleurs blanches. Les vins à base de ce cépage sont frais et discrètement fruités (1).

Le Pinot Blanc est un cépage courant qui entre dans de nombreuses appellations d’Alsace. Il offre des vins fruités, épicés et équilibrés entre l’acidité et l’alcool (3).

Le Riesling est cultivé en tant que cépage noble. Il résiste aux hivers froids mais ne supporte pas la sécheresse. Il donne de remarquables vins blancs secs ou liquoreux issus de vendanges tardives ou de sélection de grains nobles concentrés en sucres. Les vins issus du Riesling ont une grande complexité aromatique qui varie selon le terroir et qui se distinguent par une belle acidité (3).

Le Muscat d’Alsace est un vin sec contrairement aux muscats sucrés d’autres régions de France. Il offre des vins légers, très secs et très aromatiques (3).

Le Pinot Gris est un cépage noble principalement utilisé dans l’encépagement des crus d’Alsace. Les vins issus du pinot gris se distinguent par leur complexité aromatique de fruits blancs, de champignons, de miel, de vanille, de cannelle… (3)

Le Pinot Noir est l’unique cépage rouge autorisé en Alsace. Il offre des vins rouges d’une très grande finesse avec une vaste palette aromatique selon son avancée (fruits, sous-bois, cuir) (3).

Le Gewurztraminer est le symbole de l’Alsace viticole. Gewurz signifie « épicé » en Allemand. Il offre des vins blancs secs ou moelleux selon le taux de sucres résiduels qu’il contient. Il propose des arômes de fruits jaunes, exotiques et confits, de miel, d’épices et de fleurs.


Pour approfondir vos connaissances sur le vignoble Alsacien, n’hésitez pas à vous rendre en Alsace pour rencontrer les producteurs de la région. Vous pourrez visiter divers chais, caves et vignobles, déguster différents millésimes, voir l’influence des cépages et partager avec les vignerons et propriétaires qui seront ravis de vous faire découvrir leurs propriétés, leurs vins et leurs traditions.


Sources : [1] Comité Interprofessionnel des Vins d’Alsace – CIVA (www.vinsalsace.com)

[2] Petit Larousse des Vins, Larousse 2005

[3] Le Figaro Vin (avis-vin.lefigaro.fr)


Aucune page ne correspond à votre recherche

Désolé, aucun article ne correspond à votre recherche