LE VIGNOBLE DE LA VALLÉE DU RHÔNE

Vins de la Vallée du Rhône

Le vignoble de la Vallée du Rhône s’étend sur 6 départements, 28 appellations, 27 cépages et plus de 70 000 hectares de vignes qui produisent annuellement plus de 3 000 000 d’hectolitres de vins rouges, rosés, blancs sec et mousseux, ou vins doux naturels (1). Le vignoble est divisé en 2 régions viticoles communément distinguées : la Vallée du Rhône septentrionale (de Vienne à Valence), au nord, et la Vallée du Rhône méridionale (de Montélimar à Avignon), au sud (2). La diversité des sols et des climats (coteaux très escarpés au nord, petites collines aux reliefs doux au sud) fait de la Vallée du Rhône un terroir riche et varié qui produit des vins dont l’identité est très marquée (2).

Carte des vins de la Vallée du Rhône

Carte du vignoble de la Vallée du Rhône

Accédez en un clic à la rubrique de votre choix : histoireterroirvins et cépages.


HISTOIRE

Histoire des vins de la Vallée du Rhône

Issue de l’affrontement entre le Massif Central et les Alpes, la vallée du Rhône est une fosse d’effondrement qui fut comblée par la Méditerranée (1). Il y’a 300 millions d’années, l’activité volcanique du Massif Central produit la roche granitique du nord. Au sud, se succèdent les dépôts fluviatiles et marins, notamment calcaires, qui formeront les reliefs comme les Dentelles de Montmirail ou le Mont Ventoux (1). Il y’a 40 millions d’années, le surgissement alpin fait s’effondrer la vallée qui sépare les deux massifs (1).

Au 4ème siècle avant JC, à l’époque grecque, la vigne est cultivée à Marseille et se développe au nord de la Vallée du Rhône à partir du 1er siècle après JC (1). C’est à cette même époque que se développent les ateliers d’amphores de la région, destinées au transport des vins et sauces de poisson (1). Les Romains, qui remontent le Rhône créent la ville et le vignoble de Vienne qui fait immédiatement l’objet d’une grande renommée (1). Ils donnent les premiers l’impulsion d’un vignoble commercial et mènent de grands travaux de plantation de vignes et construisent des murettes soutenant les terrasses (1).

Après l’effondrement de l’Empire Romain, il faudra attendre le Moyen-âge et l’influence de l’Église pour permettre à la viticulture de redémarrer (1). Au 13ème siècle, le Roi de France Louis VIII, cède au Pape Grégoire X le Comtat Venaissin et dès le 14ème siècle, LES Papes, installées à Avignon, amateurs des vins de la région, œuvrent à la plantation d’un important vignoble autour de la ville (1). Jean XXII, deuxième des sept papes Avignonnais fait bâtir une résidence d’été à Châteauneuf du Pape et Benoit XII, lance la construction du Palais des Pape (1). À la fin du 17ème siècle et durant 200 ans, le port de Roquemaure dans le Gard devient un grand centre d’expédition par voie fluviale (1). La « Côste du Rhône » est alors le nom d’une circonscription administrative de la Viguerie d’Uzès (Gard) dont les vins sont réputés (1). Une réglementation intervient en 1650 pour garantir leur provenance et leur qualité (1). Ce n’est qu’au milieu du 19ème siècle que la Côste du Rhône devient les Côtes du Rhône en s’étendant aux vignobles situés sur la rive gauche du Rhône. La notoriété, acquise au fil des siècles, est validée par les Tribunaux de Grande Instance de Tournon et d’Uzès en 1936 (1).

Dans les années 1930, le visionnaire Baron le Roy, vigneron à Châteauneuf du Pape, porte la reconnaissance des caractéristiques de cette appellation et obtient la dénomination de l’Appellation d’Origine Contrôlée en 1933 (1). Le cahier des charges présenté constituera par la suite le modèle de tous les décrets d’AOC : délimitation de l’aire d’appellation, cépages, usages, méthodes culturales, degré alcoolique minimal, vendange (1). Depuis lors, l’accession à l’AOC et la garantie de qualité constituent une motivation collective pour tout le vignoble (1).


TERROIR

Terroir des vins de la vallée du Rhône

Le vignoble septentrional de la Vallée du Rhône s’étend de Vienne à Valence le long du Rhône. Cette région est caractérisée par des sols graniteux et par des coteaux escarpés très étroits sur lesquels la vigne doit se contenter de peu de place (2). La culture se fait donc sur des terrasses, bordées de murets qui retiennent la terre, appelés « Chalais » (2). Le vignoble est favorisé par un climat plus tempéré que sur la partie méridionale, avec des pluies permettant à la vigne de ne pas souffrir de sécheresse (2). L’exposition sud-est et sud-ouest lui offre également un très bon ensoleillement. C’est pour ces raisons que l’encépagement de ce vignoble est caractérisé pour les vins rouges par une unique variété : la Syrah (2).

Le vignoble méridional de la Vallée du Rhône s’étend d’Avignon à Montélimar. Le climat, typiquement méditerranéen, garantie un ensoleillement exceptionnel de plus de 2 700 heures par an et se distingue par la présence du célèbre vent du Midi : le Mistral (2). Ce dernier influence beaucoup la culture de la vigne par son caractère froid et sec, son effet desséchant bénéfique lors des périodes humides, mais dévastateur lors des étés déjà très secs (2). À l’inverse du vignoble septentrional qui suit le Rhône de façon plus longitudinale, celui des Côtes-du-Rhône méridionales s’étale sur la grande zone de convergence du Rhône et de tous ses affluents qui a pour centre Orange (2). Les terroirs y sont extrêmement complexes, situés sur des coteaux et plateaux aux terrains riches et diversifiés (2).


VINS ET CEPAGES

Vins et cépages de la Vallée du Rhône

La diversité des sols et des terroirs offre une grande variété de cépages qui permet aux vignerons d’adapter l’encépagement de leurs parcelles aux sols qui les composent. L’AOC Chateauneuf-du-Pape reste sans conteste la tête d’affiche des vins du vignoble méridional des Côtes-du-Rhône (2). Les principaux cépages de la Vallée du Rhône sont la Syrah, le Grenache Noir, le Mourvèdre, le Viognier, la Marsanne et la Roussanne (2). Les crus les plus réputés sont, pour les rouges, Côte-Rôtie, Hermitage et Châteauneuf-du-Pape et pour les blancs : Condrieu et Clairette de Die (2).

La Syrah est un cépage à faible rendement qui révèle un caractère épicé et de délicieuses notes de violette qu’elle sait exprimer dans les vins du Rhône qu’elle produit, aussi fins que complexes (1).

Le Mourvèdre donne des vins puissants, amples, tanniques et pourtant d’une grande finesse avec des notes de fruits noirs et d’herbe sèche (1).

Le Viognier se distingue autant par sa rareté que par la complexité de certains de ses arômes. Capiteux, envoûtants, enivrants, insaisissables, dorés ou corsés il produit des vins blancs très recherchés comme le Condrieu ou le Château-Grillet (1).

La Marsanne est un cépage très vigoureux et généreux qui se plait sur des sols chauds et caillouteux, principalement dans les Côtes du Rhône septentrionales. Il donne des vins puissants aux arômes floraux et de noisette (1).

La Roussanne est un cépage délicat et de grande finesse qui offre des vins de grande élégance, fins et complexes, développant des parfums floraux (chèvrefeuille, iris) (1).


Vins de la Vallée du Rhône

Pour approfondir vos connaissances sur le vignoble de la Vallée du Rhône, n’hésitez pas à vous rendre dans la région pour y rencontrer les producteurs. Vous pourrez visiter divers chais, caves et vignobles, déguster différents millésimes, voir l’influence des cépages et partager avec les vignerons et propriétaires qui seront ravis de vous faire découvrir leurs propriétés, leurs vins et leurs traditions.


Sources : [1] Inter Rhône – Vins d’AOC Côtes du Rhône et de la Vallée du Rhône (http://www.vins-rhone.com)

[2] Le Figaro Vin, guide des régions et des appellations, Vallée du Rhône (avis-vin.lefigaro.fr)


Aucune page ne correspond à votre recherche

Désolé, aucun article ne correspond à votre recherche